Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Patrimoine naturel

Stratégie Nationale des Aires Protégées

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 4 novembre 2016 (modifié le 13 avril 2022)


La stratégie nationale pour les aires protégées, lancée en janvier 2021 par le président de la république, présente des ambitions et un programme d’actions à l’horizon 2030, unifiés pour la première fois pour l’ensemble des aires protégées et du patrimoine naturel terrestre et marin, en métropole ou dans les territoires d’outre-mer.

Cette stratégie a pour objectif de protéger 30% de notre territoire national et des espaces maritimes sous juridiction, dont un tiers sous protection forte.

Elle comporte 18 mesures mises en œuvre par l’intermédiaire de plans d’actions nationaux triennaux. Ces plans d’actions doivent être déclinés et complétés par les territoires de métropole et d’outre-mer (régions, façades maritimes, bassins ultra-marins, collectivités d’outre-mer volontaires) dans une démarche de co-construction pour prendre en compte les spécificités et répondre aux enjeux de chaque territoire.

Les documents relatifs à la mise en œuvre de la stratégie nationale des aires protégées sont téléchargeables avec les liens ci-dessous :

Intervention de la secrétaire d’État chargée de la biodiversité

Pour davantage d’information

La déclinaison régionale



L’ambition de la SNAP doit se traduire par des plans d’actions territoriaux triennaux dont le premier doit être élaboré d’ici octobre 2022 et qui couvrira la période allant jusqu’à décembre 2024.

Les plans d’actions territoriaux (PAT) sont élaborés à l’échelle régionale pour le milieu terrestre, et au niveau des façades pour le milieu marin.

Pour le milieu terrestre, l’élaboration des PAT relève du pilotage des préfets de région, en lien avec les présidents de région à partir d’enjeux locaux et de mesures identifiées à l’échelle départementale, au sein de comités départementaux « aires protégées » présidés par les préfets de département.

Ces comités départementaux regroupent l’ensemble des parties prenantes à la politique environnementale :

  • élus : représentants du Conseil régional, du Conseil départemental, des PNR, des collectivités et groupements de collectivité compétents en matière d’aménagement du territoire (ScoT notamment), de GEMAPI et opérateurs pour l’animation de sites Natura 2000, de l’ARB ;
  • organismes socio-professionnels : représentants des chambres consulaires, des propriétaires (syndicats…), d’usagers de la nature, de gestionnaires et d’experts ;
  • représentants d’associations, d’organismes et de fondations œuvrant pour la préservation de la biodiversité (art. L. 141-3 CE) et de gestionnaires d’espaces naturels, notamment de sites Natura 2000 ;
  • représentants de l’État et de ses établissements publics.

En Nouvelle-Aquitaine, la DREAL assure la maîtrise d’œuvre de l’élaboration du plan d’actions territorial, en association avec les DDT et partenaires de la gouvernance de la biodiversité (Région, OFB, ARB…). Ce plan d’actions territorial constitue un des volets de la Stratégie Régionale Biodiversité en cours d’élaboration.

Pour en savoir plus, consultez :

  Contribuer à la stratégie aires protégées en région

Un appel à contributions pour alimenter le plan d’actions 2022-2024

La Nouvelle-Aquitaine se caractérise par un taux relativement satisfaisant d’aires protégées (environ 23%) avec la perspective positive liée à l’émergence en cours de plusieurs Parcs Naturels Régionaux ; par contre, comme sur de nombreux territoires de la moitié ouest de la France, le taux de protection forte est particulièrement faible avec 0,5 %. Le premier PAT se devra d’être suffisamment ambitieux, avec une mobilisation réelle des acteurs du territoire sur le sujet des protections fortes.

L’objectif poursuivi à travers l’élaboration du plan d’action territorial 2022-2024 est de faire émerger :

  • des projets de création / extension d’aires protégées, quelles qu’elles soient,
  • des demandes de reconnaissance en tant que protections fortes d’aires protégées déjà existantes conformément au décret n° 2022-527 du 12 avril 2022 (voir le décret protection forte),
  • des initiatives et projets visant à l’amélioration de la gestion d’aires protégées existantes.

Aussi, à la suite des comités départementaux aires protégés qui se tiennent en Nouvelle-Aquitaine jusqu’en février 2022, les préfets lancent à l’échelle de leur territoire un appel à contributions auprès des acteurs locaux : collectivités, associations, propriétaires d’aires protégées ou d’espaces naturels, gestionnaires d’aires protégées ou d’espaces naturels… Ces contributions alimenteront en priorité le premier Plan d’Actions Territorial 2022-2024.

Ces contributions sont attendues pour le 15 mai 2022 pour les demandes de création et d’extension d’aires protégées. Elles alimenteront en priorité le premier Plan d’Actions Territorial 2022-2024. Certaines demandes recensées pourront également alimenter les PAT triennaux suivants (2025-2027 ; 2028-2030). Les demandes de reconnaissance en protection forte ainsi que le recensement de certains espaces, comme les espaces naturels sensibles des départements, ne sont plus astreints à cette date limite ; l’appel à contributions devient permanent pour ces cas là.

Pour contribuer, consultez :



Pour toute information complémentaire, contactez :
aac-snap.dreal-na@developpement-durable.gouv.fr